Se faire vacciner à domicile contre la COVID-19 directement à domicile

Les craintes de la population concernant les vaccins COVID-19 et leur sécurité proviennent d’informations contradictoires. Il est essentiel de surmonter la méfiance et la peur sur la base des données partagées par la communauté scientifique pour réussir à combattre le virus par la vaccination communautaire contre le covid, en commençant par les personnes âgées et les catégories fragiles. Aujourd’hui, il est possible de faire une vaccination à domicile.

Efficacité, protection, sécurité des vaccins : quelles sont les données ?

En ce qui concerne la protection, les données recueillies en Amérique du Sud, aux Etats-Unis et en Angleterre sur l’utilisation de la vaccination coronavirus sont très rassurantes. Du côté des Etats-Unis, les données rassurantes arrivent sur la protection, qui atteint 76% chez les personnes vaccinées, 80% chez les personnes de plus de 65 ans, et 100% contre les complications graves chez ceux qui développent l’affection COVID-19. En termes de sécurité, notamment en ce qui concerne les préoccupations relatives à l’apparition de formes rares de thrombose après l’administration du vaccin, les données indiquent que ces événements sont extrêmement rares. Au Royaume-Uni, 80 cas de thrombose ont été identifiés sur environ 20 millions de personnes vaccinées : environ la moitié des 80 cas concernaient des personnes ayant reçu des vaccins de la plateforme ARNm et l’autre moitié des personnes ayant reçu des vaccins de la plateforme adénovirale. Ainsi, on estime qu’un événement thrombotique peut se développer pour 100 000 à 250 000 personnes : un risque plutôt faible comparé au risque de COVID-19.

Enfin, les causes des événements indésirables sont en cours de recherche : une hypothèse est que la réponse de l’organisme au vaccin ou à la plateforme utilisée pourrait conduire à la production d’auto-anticorps provoquant des troubles de la coagulation. Il s’agit toutefois d’un événement très rare qui a déjà été enregistré chez des patients traités à l’héparine, un médicament utilisé quotidiennement depuis cent ans dans tous les hôpitaux. En revanche, on a constaté qu’environ 8 à 11 % des patients touchés par le COVID-19 développent une thrombose veineuse, et ce chiffre atteint 20 à 25 % pour les patients admis en soins intensifs. Le risque de thrombose avec le COVID-19 est donc nettement plus élevé qu’avec le vaccin. Si vous souhaitez vous faire vacciner à domicile, consultez un site spécialisé pour prendre rendez-vous vaccination coronavirus.

Pourquoi faut-il vacciner plus tôt les personnes âgées et fragiles ?

Le choix de vacciner par âge et non par catégorie est judicieux car le niveau de mortalité de la maladie à COVID-19 augmente chez les personnes âgées. Le choix de vacciner les seniors, en commençant par les plus de 80 ans et en passant aux plus de 65 ans, est donc judicieux afin de sécuriser les patients âgés et fragiles, tant pour leur propre bien que pour celui de la collectivité. En effet, protéger ces catégories évite de surcharger le système de santé, les unités de soins intensifs et les espaces hospitaliers, en les libérant pour tous ces patients souffrant de cancers ou de pathologies cardiovasculaires qui, depuis le début de la pandémie, ont suscité une grande inquiétude chez les spécialistes. Pour ces raisons, et afin d’induire une réponse immunitaire adéquate, les personnes qui ont déjà reçu la première dose de Vaxzevria-AstraZeneca ne doivent pas reporter ou annuler l’administration de la deuxième dose du même vaccin, car il n’existe pas encore de données sur les effets causés par le croisement de différents vaccins, ce qui est fortement déconseillé.

Catégories de personnes âgées et fragiles : faut-il vacciner ceux qui ont eu le COVID-19 ?

Même les personnes qui ont eu le COVID-19 de manière symptomatique et qui ont donc développé un niveau d’anticorps assez élevé devraient être vaccinées, mais dans ce cas, une seule dose, 3 à 6 mois après la maladie, est suffisante pour atteindre le niveau optimal de protection. En effet, la protection des personnes de plus de 65 ans qui ont déjà développé le COVID-19 est estimée à environ 47%. »

La présence de variants est une autre bonne raison de vacciner : la vaccination covid-19 entraîne le système immunitaire et semble le préparer à une meilleure réponse à d’éventuels rappels avec des vaccins à variants. En fait, les vaccins variants nécessiteront probablement des rappels supplémentaires, même dans plusieurs années, comme c’est le cas pour la grippe, et le fait d’administrer les vaccins aujourd’hui aidera votre organisme à répondre correctement aux rappels dans les années à venir. Et c’est une autre raison, encore plus importante, de se tenir au courant de la production de vaccins : les données montrent qu’après une injection, la durée de la protection est d’environ 8 mois.

À tous les adolescents et jeunes adultes : informez-vous maintenant et faites-vous vacciner !

Les personnes qui se font vacciner contribuent largement à ce qu’aucune autre restriction ne soit imposée et à ce que le retour à un état aussi normal que possible soit accéléré. Cependant, certains adolescents et jeunes adultes hésitent à se faire vacciner. Ils disent avoir peur des effets secondaires possibles ou ne pas avoir confiance dans le contenu du vaccin. Bien que des effets secondaires tels que l’épuisement, les maux de tête ou les frissons puissent se produire, le risque de complications graves avec le COVID-19 est beaucoup plus élevé. En outre, les effets secondaires éventuels disparaissent généralement en quelques jours.