Vendre sa maison entre particuliers : les erreurs à éviter

vente immobilière

Publié le : 30 avril 20236 mins de lecture

Grâce à la présence de nombreux sites Internet, la vente immobilière entre particuliers devient de plus en plus facile. Néanmoins, cette manière d’acheter ou de vendre sa maison entre particuliers comprend de nombreux risques. Vous trouverez dans cet article, plusieurs conseils afin que votre transaction se passe dans les meilleures conditions possibles.

Rédigez votre annonce immobilière en soignant le texte

La vente immobilière entre particuliers nécessite une annonce précise et concise pour attirer les acheteurs. Par conséquent, elle doit indiquer les points forts et les caractéristiques de la maison : surface, nombre de pièces, système de chauffage, le DPE (diagnostic de performance énergétique), piscine, jardin, emplacement, transports… Veillez à mentionner les éléments qui justifient le prix que vous demandez. Soignez le titre de présentation et évitez les fautes d’orthographe. N’hésitez pas à ajouter quelques photos afin d’inciter les potentiels acquéreurs à venir visiter votre bien. Enfin, mettez une pancarte avec la mention « à vendre » à l’entrée de votre résidence. Elle peut vous permettre d’attirer des acheteurs qui recherchent une maison dans le quartier. Avec cette inscription, vous avez toutes les chances qu’ils sonnent à votre porte.

Estimez votre bien immobilier au bon prix

La base de la réussite, pour vendre sa maison entre particuliers repose sur une bonne estimation immobilière. Le prix ne doit pas être fixé à un montant trop élevé ou trop bas. Un montant trop élevé fait fuir les acheteurs et un prix trop bas vous fera perdre de l’argent. Pour proposer un juste prix, il est conseillé de comparer les ventes de votre région, de votre ville et de votre quartier. Cependant, deux maisons apparemment identiques peuvent être proposées à des prix différents en fonction de plusieurs critères (isolation thermique, normes environnementales, apparence esthétique, salle de bain modernisée, cuisine disposant d’un espace optimisé…). Ne décidez surtout pas du prix en fonction de votre futur achat. Enfin, il vous est toujours possible de demander une estimation gratuite à un expert en immobilier. Il se déplacera jusqu’à votre maison, prendra en compte toutes les caractéristiques de votre habitation et affinera sa valeur immobilière.

Mettez en valeur votre maison

Lors des visites, la première impression des acheteurs est cruciale. Votre maison doit être rangée et propre. Avant de la mettre en vente, peut-être est-il nécessaire de repeindre certaines pièces, de revoir la plomberie, l’électricité… afin de présenter un état général soigné. La cuisine et la salle de bain sont deux pièces auxquelles les acheteurs portent une grande attention. Elles permettent parfois de déclencher un coup de cœur. Évitez de montrer aux futurs acquéreurs votre attachement à votre maison. Retirez les photos trop intimes, des décorations trop personnelles… qui ne leur permettront pas de se projeter dans leur univers. Concentrez-vous sur l’aspect financier de votre projet. De manière à promouvoir votre bien, donner des informations sur la vie du quartier, des magasins, des transports, des écoles… Surtout, ne cachez pas de vices cachés aux futurs acquéreurs. Dans le cas, où ils en découvriraient, la transaction peut se voir annulée par la justice.

Réunissez les documents obligatoires avant d’effectuer vos visites

Plusieurs diagnostics techniques vous seront demandés par l’acheteur. Il s’agit du DPE (diagnostic de performance énergétique) et des diagnostics sur le plomb, l’amiante et l’ERP (État des risques et des pollutions)… Lors de leur visite, les acquéreurs se renseignent également sur les montants à régler pour la taxe foncière et éventuellement la taxe d’habitation dans le cas de l’achat d’une résidence secondaire. Le compromis de vente peut être signé entre particuliers sous « seing privé », c’est-à-dire uniquement entre le vendeur et l’acheteur. Il est possible de faire appel à une agence immobilière comme welmo.fr ou à un notaire qui facturera des frais. Ces derniers étant à la charge de l’acquéreur.

Vérifiez la solvabilité du futur acheteur

En signant un compromis de vente immobilière entre particuliers, l’acheteur s’engage, mais le vendeur aussi. Vous ne pouvez plus décider de vendre votre maison à un autre acheteur. Cependant, afin de ne pas subir un désistement, quelques semaines après la signature du compromis de vente, autorisez-vous à réclamer à l’acheteur quel est son moyen de paiement. Dans le cas où il vous informerait d’un prêt bancaire, demandez-lui une simulation bancaire du prêt. S’il vous assure qu’il paiera comptant, osez réclamer des documents prouvant sa solvabilité. Lorsque l’on fait appel à un notaire ou à une agence immobilière, ce sont eux qui vérifient la solvabilité de l’acquéreur.

Comment choisir du linge de lit 180×200 qui couvre toutes les saisons ?
Trouver l’architecte de vos rêves en 4 conseils : un guide pour votre projet mené à bien

Plan du site