Qu’est-ce que le Grenelle de l’environnement ?

Le grenelle de l’environnement, un fruit de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, est un ensemble de réunions qui ont débouché vers l’instauration d’une multitude de mesures environnementales. Ces dernières concernent l’écologie et visent surtout à protéger l’environnement, tout en promettant le développement durable. Il faut entendre par ce concept un processus de développement qui assure la prospérité de la génération actuelle, sans compromettre celle des générations futures.

Le Grenelle de l’environnement, c’est quoi exactement ?

Il s’agit d’un ensemble de rencontres politiques qui se sont tenues en France. Le Grenelle de l’environnement consiste surtout à la prise de décisions concernant l’environnement et le développement durable. Les décisions relatives à la préservation de la biodiversité à travers l’instauration d’une trame verte et bleue sont notamment mises en avant. Mais les pistes de solutions pour la réduction des gaz à effet de serre sont également soulevées d’une manière très large lors de ces rencontres.

Dans le grenelle de l’environnement, il y a des débats multipartites qui réunissent une multitude d’acteurs environnementaux, à savoir des représentants du gouvernement, des organisations non gouvernementales (ONG) et des associations professionnelles.

Les étapes opérationnelles du Grenelle de l’environnement pour l’outre-mer sont entrées en vigueur par le biais de l’installation d’un comité opérationnel Outre-mer ou COMOP. Ce dernier était piloté par Nassimah Dindar. Le comité opérationnel Outre-mer est organisé en 7 ateliers suivant l’intitulé du plan « Vers un Outre-mer exemplaire ». Le groupe relatif à celui-ci rassemble 25 participants, y compris l’UICN.

Historique du Grenelle de l’environnement

Le grenelle de l’environnement émane de l’initiative du Président Nicolas Sarkozy et il a été conduit par Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie à l’époque. Ce Grenelle a été annoncé par Alain Juppé en la date du 18 mai 2007. Il se place dans la ligne directrice du Pacte écologique initié par Nicolas Hulot, signé par Nicolas Sarkozy qui était encore candidat lors de l’élection présidentielle.

Le Grenelle de l’environnement a donné naissance à un projet de loi, dit « Grenelle I », qui a été voté presque unanimement auprès de l’Assemblée en 2008. Par la suite, une seconde loi, dite « Grenelle II », a vu le jour. Elle consiste surtout à la présentation des modalités détaillées sur l’application de la loi Grenelle I.

Une loi « Grenelle III » a été envisagée en vue de développer le secteur de l’agriculture et de la gouvernance. Cependant, les questions relatives à celle-ci ont été déjà traitées dans le Grenelle II, dont certaines ont été même soulevées dans le projet de loi de finances de 2009. À cet effet, la loi Grenelle III a été abandonnée. Mais en contrepartie, un « Grenelle de la mer » a été instauré afin de compléter les dispositifs.

Fonctionnement et démarche du Grenelle de l’environnement

En tant que rencontre, le grenelle de l’environnement fonctionne à travers un débat organisé. Il comporte six groupes de travail, composé chacun de 40 membres repartis en 5 collèges. Chacun de ces derniers doit représenter des acteurs dans la promotion du développement durable, à savoir :

  • L’État et les collectivités territoriales décentralisées,
  • Les organisations non gouvernementales (ONG),
  • Les salariés ainsi que les employeurs (donc les entreprises aussi),
  • Etc.

Chacun des groupes avait un thème spécifique à étudier et à élucider. Ils sont caractérisés par :

  • Groupe 1 : lutte contre le changement climatique et maîtrise de la demande d’énergie,
  • Groupe 2 : préservation de la biodiversité et des ressources naturelles,
  • Groupe 3 : instauration d’un environnement respectueux de la santé,
  • Groupe 4 : adoption de modes de productions et de consommations durables,
  • Groupe 5 : construction d’une démocratie écologique,
  • Groupe 6 : promotion d’un mode de développement écologique favorable aux emplois et à la compétitivité.

Les divers objectifs du Grenelle de l’environnement

Dans sa globalité, le Grenelle de l’environnement a fixé une multitude d’objectifs divers. En effet, le rapport a mentionné trois priorités caractérisées par la lutte contre le réchauffement climatique, la protection de la biodiversité et la diminution des pollutions (notamment les gaz à effet de serre).

Diverses études et bon nombre de recherches ont stipulé plusieurs points d’objectifs à atteindre, tels que :

  • La création de 600 000 nouveaux emplois durant la période de 2009 à 2020,
  • Une réduction de 25 % des consommations d’énergie thermique et fossile (gaz, pétrole, charbon, etc.),
  • Une restauration des 20 % des produits biologiques,
  • Une réduction de 50 % de la fréquence d’utilisation de pesticides dans le secteur de l’agriculture,
  • Certification HVE de la moitié des exploitations agricoles,
  • Atteindre cent mille exploitations agricoles diagnostiquées,
  • Réduction de 20 % des émissions de gaz carbonique, ou dioxyde de carbone, issues des transports,
  • Restructuration des réseaux de transport et amélioration de leur qualité,
  • Création d’écopastilles, sous forme de bonus/malus, pour les voitures,
  • Établissement d’une « éco-redevance »,
  • Construction de 1 500 km de voies de tramway,
  • Réduction de 38 % des consommations énergétiques dans les bâtiments,

Pour plus d’informations sur l’application de ce concept, consultez des sites dédiés.