Organiser une collecte de déchets de type infectieux

Les activités liées à la santé permettent de sauver des vies, un rétablissement de la santé et une protection pour rétablir la santé. Mais pour les déchets issus de ces activités, qu’en est-il ? La majorité et même plus des déchets liés à la santé se comparent aux ordures ménagères donc n’étant pas dangereux, mais le reste est infectieux et dangereux ou même radioactif ou toxique.

Comment reconnaître les déchets infectieux ?

Ce sont des déchets qui sont contaminés par le sang ou des liquides corporels. Pour être plus clair, il s’agit des échantillons prélevés pour être diagnostiqués puis éliminés. Ou bien des stocks et cultures d’agents infectieux pour les tests en laboratoire, comme les déchets provenant des autopsies et les déchets des patients hospitalisés qui ont été placés en isolement et les matériels utilisés pour ces faits. Suivez le lien www.lacollectemedicale.fr/ pour plus d’informations sur le sujet.

Les matériels comme les bandages, les écouvillons et les dispositifs médicaux jetables. Il peut aussi s’agir de déchets anatomiques comme les tissus et organes ou bien des carcasses d’animaux infectés. Les objets pointus et tranchants peuvent aussi être source de déchets infectieux au contact s’il n’y a pas de désinfection ou d’élimination adéquate. 

Divers produits comme les produits pharmaceutiques et les produits chimiques peuvent aussi être source de contamination. En plus d’être radioactifs, ils peuvent être toxiques ou même cancérogènes. 

Les endroits susceptibles de transmettre des contaminations sans bonne gestion

Vous pouvez trouver des déchets infectieux ou liés aux soins dans diverses sources. Dans les établissements de soins et les  hôpitaux en passant par les morgues et les centres pour l’autopsie. Il y a aussi les centres de recherches et les laboratoires, tous ces endroits doivent rejeter des déchets infectieux remarquables vus l’ampleur de leurs activités. Ensuite, il y a les banques de sang avec les services pour la collecte de sang. Vous pouvez aussi compter les laboratoires et les établissements de recherche testant les animaux. Mais également, les établissements œuvrant pour les soins des personnes âgées. 

En moyenne, la quantité de déchets infectieux et dangereux est de 0,2 kg par lit par jour pour les pays avec faible revenu et de 0,5 pour ceux avec revenu élevé. Des fois dans les pays à faible revenu, les déchets non dangereux et dangereux sont mélangés et la quantité de ces déchets est très élevée. S’il y a donc une mauvaise gestion des déchets de soins, tous les lieux environnants sont tous à risque. L’utilisation de boîtes de sécurité ou d’élimination par incinération est recommandée pour garder la sécurité et éviter la propagation des infections et l’éparpillement de ces déchets infectieux depuis la collecte.

Les risques sur la santé et environnement

Les déchets infectieux constituent un réservoir pour les microorganismes susceptibles de contaminer les patients dans les hôpitaux, les visiteurs et le grand public. Les autres risques d’infection se passent généralement dans l’environnement par l’intermédiaire des rejets pharmacorésistants dans les établissements de soins.  

Ces déchets peuvent provoquer des contaminations telles que : les blessures causées par les objets tranchants et pointus, les brûlures par irradiation, la pollution et l’intoxication par le rejet de médicaments dans les eaux avec les composés toxiques. Il peut aussi s’agir de la pollution des eaux usées par le mercure, les dioxines causées par l’incinération. 

Il peut aussi y avoir des risques liés aux contacts d’objets piquants et tranchants tels que les scalpels et les seringues mal éliminés. Ou bien par contamination par l’évacuation de façon incorrecte des aiguilles et des seringues peuvent créer un risque de blessure ou d’infection dans le cas d’une réutilisation. Comme le cas des maladies transmissibles par ces objets comme l’hépatite et le VIH. L’élimination des déchets infectieux doit passer par la stérilisation avant le rejet ou bien par élimination avec des incinérateurs.