Les fusions-acquisitions : les enjeux pour les managers

fusions-acquisitions

Le concept de fusions et acquisitions fait référence aux transactions juridiques visant à transférer les actifs d’une société à une autre. Ensuite, on parle de dissolution sans liquidation et d’échange des droits sociaux. Les deux sociétés sont obligées de former une entité unique tout en gardant les deux sociétés liées à leur personnalité juridique. Les fusions et acquisitions peuvent porter multiples appellations : fusac, M&A (fusions et acquisitions). Il est utilisé pour élargir le champ d’activité de l’entreprise acquéreuse, gagner plus de pénétration du marché ou accroître sa présence dans sa chaîne de valeur. Ici, on parle de restructuration des activités et d’objectif d’amélioration de la performance.

Pourquoi faut-il des managers de transition lors d’opérations de M&A ?

La fusion des deux sociétés implique leur rapprochement et la mise en commun de chacun de leurs actifs. Ainsi, un tel processus a conduit à la création d’une société, les deux avec des avantages intéressants.

Les risques inhérents aux opérations de fusion acquisition ne devraient pas être pris avec légèreté. En cas de faute administrative, la pérennité des 2 sociétés combinées pourrait être remise en cause. Grâce à un vaste réseau, le haut niveau d’expertise de fusion manager de transition est aujourd’hui disponible. Avec plus de 8 500 profils sur votre plateforme digitale, vous avez une opportunité unique de sécuriser de la M&A en maîtrisant des compétences dans différentes spécialités : banque, finance, juridique, RH…

Les avantages du management de transition sont multiples :

  • Assurer la continuité opérationnelle grâce à une disponibilité immédiate ;
  • Voir les progrès de l’entreprise M&A, les contraintes stratégiques et les défis avec une perspective nouvelle et objective ;
  • Déterminer les conditions de réussite des fusions-acquisitions (responsable fusion acquisition), les leviers à activer et les actions à mener ;
  • Capacité à mener des négociations complexes de fusions et acquisitions grâce à son expertise éprouvée ;
  • Ajuster la durée de ses missions en fonction de la complexité de l’opération et des besoins de l’entreprise concernée.

Regroupements d’entreprises : principaux défis

Une fusion de sociétés consiste à regrouper les actifs et les activités de plusieurs sociétés en une seule société (selon l’article n° 236-1 du code général du commerce). En d’autres termes, les fusions d’entreprises sont synonymes de changements profonds dans les organisations impliquées.

Ces changements interviennent dans le contexte d’enjeux extrêmement importants :

  • Gagner de nouvelles parts de marché ;
  • Protéger les actifs des entreprises en difficulté ;
  • Accélérez la croissance florissante de votre entreprise.

Il existe plusieurs types de regroupements d’entreprises, et ils ont des conséquences différentes :

  • Fusion absorption : Une ou plusieurs sociétés transfèrent leurs actifs à une autre entreprise existante ou en montant une nouvelle entreprise. L’entreprise reprise a disparu.
  • Apport de titres : Une société apporte ses titres à une autre société en échange des titres de l’autre société tout en devenant son membre affilié (les associés de la deuxième entreprise deviennent les actionnaires de la première société). À noter que les deux sociétés conservent leur personnalité juridique.
  • Apport partiel d’actif : Une société apporte une partie de son actif et de son passif à une autre société (existante ou nouvellement créée) en échange de sa participation au capital de la deuxième société. Encore une fois, la première entreprise n’a pas disparu.

Les avantages de l’acquisition ou de la fusion

Les fusions interviennent généralement après des difficultés financières, notamment si la société absorbée transfère ses créanciers à une autre partie, évitant ainsi la liquidation forcée. Aussi, même si les deux activités sont différentes, leurs besoins les rendent interdépendantes, et il devient alors intéressant pour les deux parties de s’allier pour résoudre le problème de réduction des coûts.

En revanche, il peut s’agir d’une décision plus tactique pour restaurer des parts de marché, rationaliser les opérations, voire mettre en place une sorte de monopole commercial. Cette absorption ouvre la voie à de nouvelles performances pour chaque entreprise, ainsi qu’à une plus grande traction, car les deux parties bénéficient de la notoriété de l’autre.

Dans la plupart des cas, les associés et dirigeants des deux cabinets ont conservé leurs postes, actifs et ressources regroupées au sein de la nouvelle entité, faisant des dirigeants des deux cabinets les gagnants.

Ensuite, la solution pour limiter les dégâts est de faire appel au gestionnaire d’interface qui s’occupe personnellement de l’échange de connaissances entre les deux entités.

Le besoin de communiquer en interne et avec les clients ou les partenaires

La communication peut aider les écosystèmes des deux entreprises à planifier l’avenir en surmontant les périodes de transition potentiellement volatiles. En externe, le succès de la démarche doit être démontré. Retracer les débuts du projet et évaluer la réussite des étapes permet de crédibiliser la présentation de la nouvelle société. En interne, il est temps de faire preuve de méthodes d’enseignement et d’accorder du temps d’expliquer les raisons de la fusion. Souvent, les règlements soulèvent des inquiétudes concernant l’emploi, les carrières, etc.

Enfin, le management de transition est un atout majeur de la réussite de votre fusion acquisition. En effet, un manager de transition expérimenté en management M&A peut vous accompagner sur ce projet complexe.

Pourquoi investir dans l’immobilier neuf ?
Recherche d’emploi : conseils pour se mettre dans les bonnes conditions